Les vaches génératrices

14 novembre 2018 | Bovin, Environnement, Technologies

Avec ses 55 millions de vaches qui broutent la pampa, l’Argentine est un important producteur de bœuf. Et comme les préoccupations reliées aux changements climatiques se font de plus en plus grandes, des chercheurs de l’Institut national de technologie agricole d’Argentine ont eu l’idée de mesurer la quantité de méthane produit par les ruminants. Il ne s’agissait pas tant d’amener les consommateurs à se convertir au véganisme qu’à voir ce qu’on pourrait faire de ces gaz à effet de serre et trouver des façons de les réduire.

Aux fins de l’exercice, les scientifiques sont allés à la source de la production de méthane, soit le rumen. Ils ont inséré un petit tube reliant ce premier estomac à des réservoirs gonflables installés sur le dos d’une dizaine de vaches. Les chercheurs ont réalisé que cette cuve à fermentation d’un animal de 550 kg pouvait produire entre 800 et 1 000 litres d’émissions par jour, soit suffisamment de combustible pour faire fonctionner une voiture ou un réfrigérateur pendant 24 heures.

Bien qu’ils n’envisagent pas d’appliquer cette technique, les chercheurs conçoivent que la ferme du futur pourrait « brancher » quelques vaches qui seraient ainsi en mesure de l’alimenter en énergie. Pour l’instant, les scientifiques procèdent à des essais de nouveaux régimes alimentaires visant à réduire la production de méthane. En remplaçant le grain par du trèfle et de la luzerne, il est déjà possible de réduire les émissions de méthane de 25%.

Source: Phys.org

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This