Le pot de colle

2 novembre 2020 | Sciences

À une époque où on se fait rabâcher à tout bout de champ la consigne de se laver les mains, on n’aurait pas cru qu’un désinfectant d’élevage puisse remporter un prix pour l’année 2020.

Et pourtant, en septembre, malgré l’annulation forcée de l’exposition Innov’Space (France), une firme de l’Hexagone a été récompensée pour avoir mis au point un désinfectant conçu non pas à base d’eau de Javel comme en rêvait le président Trump, mais avec de l’acide formique comme seul agent actif.

Si les désinfectants à base d’acides organiques ont souvent le défaut de produire une mousse qui a tendance à couler, le biocide bactéricide, virucide et fongicide développé par la firme Theseo a la particularité de bien adhérer aux surfaces verticales, ce qui prolonge la durée d’activité du désinfectant sur les micro-organismes. L’acide formique est une substance qui est sécrétée naturellement par les orties ou les fourmis pour se défendre contre leurs agresseurs. Son faible profil toxique et écotoxicologique lui permettra d’être utilisé en élevage biologique.

Voir la vidéo :

Homologué à une dilution à 1% pour la désinfection des logements, matériels de transport d’élevage ainsi que pour la désinfection des surfaces en contact avec les denrées alimentaires et les aliments pour animaux, le TH-Gold® adhère sans ruissèlement sur la brique, le fibrociment et le béton. Bonne chance au 0,001% des germes qui voudront survivre!

Source: https://www.theseo-biosecurity.com/nos-produits/desinfection/th5/

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

La viande, un peu, beaucoup, pas du tout

La viande, un peu, beaucoup, pas du tout

Alors que le bétail représente aujourd’hui 14,5 % des émissions planétaires de gaz à effet de serre, les Nations Unies prévoient que l'humanité mangera 14 % plus de viande d’ici 2030. Cela voudrait dire plus de demande de pâturages et de cultures fourragères, plus de...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This