Pascal Désilets

7 décembre 2020 | Personnalité du mois

Le fromager biologique

Ce n’est vraiment pas tous les jours que l’on voit quelqu’un passer du monde des cuves de fonderie à celui des fromages à fondue. Biologiques, par-dessus le marché ! Voilà pourtant la conversion qu’a opérée Pascal Désilets lorsqu’il a pris les commandes de la Fromagerie L’Ancêtre, en avril 2018. Remarquez que de tremper 18 ans dans le milieu de l’acier, de l’automobile, de l’aérospatiale et de l’aluminium, c’est plus qu’il n’en faut pour vous forger une solide expérience managériale.

Dans les faits, Pascal Désilets n’aura effectué qu’une très grande orbite avant de revenir sur le plancher des vaches laitières, à Bécancour, sa terre natale. La terre où il a grandi et trait les animaux de son père Germain qui, avec la complicité de huit autres producteurs de lait du Centre-du-Québec, a fondé la première fromagerie biologique au pays.

C’était en 1992, à l’époque où absolument personne au Québec ne voulait transformer ce lait pourtant bien plus sain. Contre vents et marées, ces visionnaires d’une agriculture respectueuse des sols et des animaux étaient résolus à cesser d’utiliser des pesticides et des fertilisants chimiques sur leurs lopins de terre. Quitte à réduire leur productivité et leur revenu durant les quatre années de transition requises pour obtenir la certification biologique.

Presque 30 ans plus tard, fort des convictions et l’acharnement de son père et des autres actionnaires, Pascal a repris le flambeau. Le défi lui a semblé d’autant plus stimulant qu’il souhaite mousser l’engouement des produits laitiers biologiques. Sans compter que cette forme d’agriculture contribue à la fois à la protection de l’environnement, à la santé des consommateurs et au bien-être de ses animaux. Ces derniers, pour produire les quelque six millions de litres de lait transformés aux usines de Bécancour et de Sainte-Anne-de-la-Pérade, passent au minimum 120 jours par année en pâturages.

L’homme d’affaires n’est pas sans savoir qu’il y a encore beaucoup à accomplir pour sensibiliser  le public et les politiciens à l’importance du système de production biologique. Il est d’ailleurs un fervent partisan de l’Initiative 4 pour 1000 lancée par la France lors de la COP 21. Elle promeut la mise en place d’actions concrètes sur le stockage du carbone dans les sols pour assurer la sécurité alimentaire et combattre le changement climatique (voir l’article Enterrer notre trésor). 

« C’est bien beau de parler de l’agriculture durable, mais ce n’est pas suffisant. Les 138 producteurs laitiers certifiés biologiques au Québec ont un impact direct et concret sur le bilan environnemental de la province. Une augmentation significative du biologique est la meilleure façon d’améliorer le bilan environnemental de notre agriculture. Plutôt que de soutenir ce modèle durable qui a fait ses preuves, nos gouvernements préfèrent continuer à subventionner les méthodes conventionnelles et l’industrie agrochimique qui l’accompagne. Si on investissait une fraction des montants alloué au modèle actuel 125 millions de dollars dans le biologique, nous pourrions faire des avancées majeures. Si 15 % de la production était biologique au lieu des 2,4 % actuels, ça voudrait dire 15 %  sans pesticides. Aux États-Unis, les parts de marché du bio constituent 7 ou 8 %, et en Europe, 15 %. Ces objectifs seraient tout à fait atteignables avec un peu plus de volonté de la part de nos décideurs. »

Pas démonté pour autant, à 44 ans, ce père de deux jeunes enfants caresse aussi un plan de croissance pour l’entreprise. En août dernier, l’acquisition de la Fromagerie Le Baluchon a permis à la société d’augmenter et de diversifier sa gamme de fromage qui, au fil des ans, a remporté plus de 50 prix d’excellence, dont le meilleur cheddar au pays. Vous en voulez des Cheddar, Gouda, Mozzarella, Parmesan, Raclette, Ricotta, Suisse ? Des pâtes fermes, semi-ferme, du fromage en grains, alouette ? En v’là ! La Fromagerie L’Ancêtre compte aujourd’hui le plus grand assortiment de fromages et de beurres biologiques au Canada.

L’objectif pour l’année en cours, c’est l’intégration et la commercialisation du Baluchon à travers le pays. Mais pour la décennie à venir, Pascal Désilets baratte un tas d’idées dont celle d’augmenter la croissance (Nielsen) de la culture biologique.

Les différents accords de libre-échange avec l’Asie et l’Europe vont forcer l’entreprise à se battre pour obtenir les précieux espaces tablettes dans les épiceries. Le PDG de la fromagerie de Bécancour le sait fort bien, mais il voit d’un bon œil l’élection du nouveau président étatsunien. Ce changement de la garde chez notre voisin du Sud et son probable retour dans l’accord de Paris lui permettent d’entrevoir un virage accéléré vers la méthode de production écologique qu’il préconise. Un coup de fouet qui, disons-le, mettrait du beurre… biologique sur les épinards !

Découvrez aussi..
Dominic Lamontagne

Dominic Lamontagne

Le dernier rempart Avec sa crinière de laine d’acier tenue en bride par une queue de cheval ramassée en chignon, Dominic Lamontagne a l’allure d’un percheron qui rue dans les brancards. Pas du genre à mettre la charrue devant les bœufs, ce fermier autodidacte...

Bryan Denis

Bryan Denis

L'éleveur qui ne vache pas Le mieux est l’ennemi du bien. S’il y en a un qui ne s’est jamais laissé convaincre par ce proverbe du XVIIIe siècle, c’est bien Bryan Denis. Sa famille, enracinée depuis cinq générations sur le chemin Taché Ouest de Saint-Cyprien, n’a...

Caroline Dufour-L’Arrivée

Caroline Dufour-L’Arrivée

Crédit photo: L'Ordre des agronomes du Québec La Dame en vert Quand on nait à Grand-Métis sur la terre du plus gros producteur d’œufs du bas Saint-Laurent et que chaque été de son enfance l’on visite les Jardins de Métis et rend hommage à l’emblématique pavot bleu de...

Nicolas Paquin et David Dupaul-Chicoine

Nicolas Paquin et David Dupaul-Chicoine

Pêcheurs en basse terre Au Marché central, à deux encablures du cinéma Guzzo qui tient lieu de phare, deux jeunes marins d’eau douce ont doublé le cap de Best Buy et longé le Canadian Tire avant de jeter l’ancre devant les Fermes Lufas. C’est dans le sous-sol d’un...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This