Éric Duchemin

4 septembre 2016 | Personnalité du mois

elevage_cultures_eric_ duchemin_laborato

Culture de macadam

Sans raconter de salades, on peut dire que le mouvement de l’agriculture urbaine a pris de l’ampleur à Montréal ces dernières années. Aujourd’hui, pas moins de 15 000 personnes sont impliquées dans les jardins communautaires et 42% de la population montréalaise dit pratiquer l’agriculture urbaine dans un mode d’autosuffisance. Cela dit, Éric Duchemin, le directeur du Laboratoire d’agriculture urbaine (AU/LAB), voit beaucoup plus grand. Au cours des dix prochaines années, il souhaite que se développent des fermes urbaines et des projets de plus grande envergure dans la métropole.

Éric Duchemin veut promouvoir le développement d’un système alimentaire urbain local et augmenter la productivité de l’agriculture urbaine. Grâce au partenariat développé avec le Palais des congrès de Montréal, le Laboratoire d’agriculture urbaine vient d’investir les toits du Palais pour y mener des recherches sur de nouvelles membranes verticales de feutre sur lesquelles sera testée la croissance de deux espèces de fines herbes, de fraises et de laitues. Tout cela dans le but d’élaborer un modèle de développement durable dont l’objectif est d’atteindre des superficies de cultures de 4000 m².

«Les promoteurs immobiliers ont bien compris que l’agriculture urbaine n’est pas qu’une affaire de babacools. Il y a des gens qui sont maintenant prêts à investir des millions de dollars pour faire des fermes. Ils voient que cela fonctionne.»

Même si bien des toits de la ville pourraient servir à la culture de différents produits et que le professeur associé à l’Institut des sciences de l’environnement à l’UQÀM encourage cette pratique, il estime que l’agriculture en milieu urbain se développera surtout au sol. D’autant plus que Montréal possède encore bien des terres disponibles.

Le chercheur sait aussi très bien que l’agriculture urbaine ne représentera toujours qu’un apport marginal en matière de besoins alimentaires des populations. À ses yeux, la promotion de ce type d’agriculture a d’autres buts tout aussi importants. Il s’agit, entre autres, d’amener les gens à changer à la fois leur perception de l’agriculture et de la ville. L’agriculture urbaine serait donc un outil privilégié permettant de repenser les villes longtemps aménagées en fonction de la voiture. La culture sur macadam servirait de vecteur de transition vers une ville plus écologique et plus verte.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que notre homme y croit dur comme fer d’épinard. En plus d’être chercheur, consultant, auteur et éditeur scientifique, animateur du réseau social AgriUrbain, Éric Duchemin est le cofondateur et coordonnateur de l’école d’été sur l’agriculture urbaine qui se tient à Montréal depuis 2009. Justement, cette semaine, il reçoit plus de 200 personnes provenant du Québec, de la France de la Belgique pour cinq jours de formation intensive s’articulant autour d’un apprentissage à la fois théorique et pratique.

Aussi bien dire qu’il sème la relève !

Découvrez aussi..
Valérie Toupin-Dubé

Valérie Toupin-Dubé

Le leadership incarné Il y a 15 ans, les habitants des villes sont devenus plus nombreux que ceux des champs. Une première dans l’histoire de l’humanité. Faut-il alors s’étonner qu’au fil des dernières décennies la relève agricole ait diminué comme peau de chagrin ?...

Isabelle Roy

Isabelle Roy

La promotrice des produits d'ici Mine de rien, depuis une trentaine d’années, la mise en œuvre de traités de libre-échange a eu pour effet de faire chuter de 80% à 30 % l’autonomie alimentaire du Québec. La pandémie et les difficultés d’approvisionnements qu’elle a...

Jean-François Gauthier

Jean-François Gauthier

Traqueur de méthane Le sud de l’Europe brûle, la Californie a soif, l’Asie se noie sous la violence des moussons et des typhons. En dépit du changement climatique de plus en plus marqué sur la planète, certains persistent à demeurer optimistes. C’est le cas de...

Dominic Lamontagne

Dominic Lamontagne

Le dernier rempart Avec sa crinière de laine d’acier tenue en bride par une queue de cheval ramassée en chignon, Dominic Lamontagne a l’allure d’un percheron qui rue dans les brancards. Pas du genre à mettre la charrue devant les bœufs, ce fermier autodidacte...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This