Les virus fantômes

14 décembre 2015 | Bovin, Élevage

Il y a de ces virus qui, même s’ils sont silencieux, peuvent faire très mal. Tant à la santé des animaux qu’à celle du portefeuille du producteur laitier.

Une étude réalisée en Angleterre par la firme RAFT Solutions a comparé sur une période de deux ans la production de lait de vaches diagnostiquées porteuses de la rhinotrachéite infectieuse bovine à celles qui étaient asymptomatiques.

Les résultats de l’étude ont démontré que peu importe si les animaux exposés au virus présentent ou non les symptômes de la maladie, leur production de lait affiche une baisse de 2,6 litres par jour durant toute la lactation. Au prix du lait, la perte annuelle a été évaluée à 416 $ CAN (£200) par vache, soit environ deux fois le coût médian de tous les intrants vétérinaires et de la médecine.

Le producteur de la ferme sélectionnée pour l’étude maintenait de bonnes mesures de biosécurité et des pratiques sanitaires adéquates. Et comme les tests sanguins et les échantillons de lait analysés ne présentaient pas de traces de la maladie, le troupeau n’a pas été vacciné. Ce n’est qu’après que trois vaches eurent avorté que les soupçons de la présence de la rhinotrachéite infectieuse bovine ont été soulevés.

Les enquêtes ont révélé que le virus avait affecté 70% des vaches du troupeau. Cela a amené les chercheurs à recommander une surveillance accrue des maladies infectieuses qui, même si elles ne sont pas apparentes, peuvent entraîner des pertes importantes.

Source : Farmers Weekly

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

L’avantage de singer les autres

L’avantage de singer les autres

Ah ! Si le monde était parfait, les vaches laitières auraient toujours une super morphologie du pis et des jambes solides qui les mènent tout droit au robot de traite. Elles s’y adapteraient vite, le visiteraient souvent et auraient un débit de lait élevé sans jamais...

La mort du poush poush

La mort du poush poush

Tout comme le banc de traite est disparu des étables pour devenir un objet de collection dans les marchés aux puces, les vaporisateurs à acariens et autres bibites parasitaires des poulaillers pourraient bien sombrer dans l’oubli. Des chercheurs américains évaluent...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This