La Belle Gousse: l’ail du Québec sous un nouveau jour

7 septembre 2022 | Chroniques, Cultures

chantal-labelle-la-belle-gousse
Chantal Labelle sur sa ferme, La Belle Gousse

Ayant réalisé ses études en horticulture, jamais Chantal Labelle n’aurait pensé se retrouver un jour à gérer sa propre ferme de production d’ail. Et pourtant, la voici aujourd’hui, à la tête de La Belle Gousse, accompagnée depuis près de trois ans de Laurent Dubois, son «bras droit», qui grâce à ses multiples talents a permis à l’entreprise de prendre un nouvel essor.

Portrait d’une agricultrice et de sa ferme qui vous fera découvrir l’ail du Québec sous toutes ses formes!

Passer des fleurs à la fleur d’ail

Le parcours de Chantal est l’exemple parfait pour décrire l’expression « le hasard fait bien les choses ». En effet, c’est grâce à l’un de ses contacts du monde horticole si elle s’est lancée dans la culture de l’ail, même si au départ elle n’y connaissait presque rien.

Ensemble, ils démarrèrent un projet de culture de 10 000 plants d’ail. Avec les années et l’apprentissage, elle attrapa la piqure pour cette culture, à un point tel que lorsque son partenaire d’affaires de l’époque s’est dissocié du projet, elle continua à cultiver l’ail de son propre gré à petite échelle.

Souhaitant voir sa petite entreprise se développer, c’est finalement en 2011 que Chantal acheta la fermette qui abrite aujourd’hui La Belle Gousse.

La Belle Gousse : plus qu’une ferme, un gage de qualité

Lors de ses débuts, la ferme La Belle Gousse produisait uniquement de l’ail d’automne de longue conservation. L’objectif était simple, mais important : cultiver de l’ail de qualité supérieure, de la semence jusqu’à la méthode de séchage pour la conservation longue durée.

Et à La Belle Gousse, pas question d’utiliser des pesticides ni engrais chimiques! La qualité de la production repose sur une approche de culture écologique basée sur des paramètres précis, qui donnent aux plants d’ail assez d’espace et de ventilation pour bien se développer sans l’ajout de produits chimiques.

Puis, avec les années et le désir de voir son entreprise évoluer, Chantal a tout naturellement commencé à créer des produits de l’ail transformés, en commençant par l’ail et la fleur d’ail déshydratés.

Aujourd’hui, la ferme propose une gamme impressionnante de produits de l’ail, de la fleur d’ail et de l’ail noir (leur produit vedette!) : miel à l’ail noir, pesto de fleur d’ail, poudre d’ail, ail mariné… Ce n’est pas pour rien que la ferme arbore fièrement son slogan : « L’ail sous toutes ses formes »!

D’ailleurs, le gage de qualité de La Belle Gousse demeure toujours au niveau des produits transformés. Les ingrédients que Chantal ne produit pas elle-même proviennent principalement de fermes avoisinantes, ou du Québec tout au moins.

Par exemple, la recette du pesto de fleur d’ail remplace l’huile d’olive par une huile de tournesol québécoise, de première pression à froid, et les traditionnelles noix de pins par des graines de chanvre du Québec.

Une entreprise 100% locale, comme on les aime!

Une visite à la ferme La Belle Gousse

Le contact avec les gens et l’éducation sur la culture de l’ail ont toujours été importants pour Chantal Labelle. Dans les dernières années, elle a voulu tisser des liens encore plus serrés avec sa clientèle et sa communauté en créant une offre agrotouristique plus complète.

La ferme développe notamment depuis quelques temps un circuit d’interprétation sur la culture de l’ail, un projet unique au Québec. Ce dernier permet de répondre aux questions sur la culture particulière de l’ail d’automne, les étapes de récolte et séchage de l’ail pour sa longue conservation, la transformation de l’ail noir, etc.

Il est également possible de visiter La Belle Gousse par l’entremise d’un tour agro-éducatif organisé par Traktour. Lors de cette visite, vous aurez la chance de rencontrer Chantal et son équipe, et de tout apprendre sur la culture de l’ail d’automne et ses produits dérivés, en plus de découvrir d’autres producteurs de la région de Lanaudière.

Une visite à La Belle Gousse ne peut se terminer qu’avec une seule et unique conclusion : l’ail québécois a bien meilleur goût!

Cet article est une collaboration avec Traktour.

Vous aimeriez aussi..
L’agriculture au ciel

L’agriculture au ciel

Pouvoir se targuer de posséder des drones pour vaquer à ses tâches sur la ferme, c’est appartenir au club sélect des branchés. Bravo ! Mais que dire de ceux qui disposent déjà du premier satellite qui fera partie d’une constellation de sept engins spatiaux à vocation...

Semer à tout vent

Semer à tout vent

Alors que le Canada se positionne comme un leader à la COP15, il est accusé d’être le 3e plus mauvais élève mondial pour la perte de forêts primaires et intactes, ces réserves capitales de la biodiversité sur Terre. Si elle ne peut intervenir sur les politiques...

La canopée artificielle

La canopée artificielle

Il n’y en aura pas de facile. Au Québec, on se demande s’il vaut mieux pour la planète de cultiver nos propres tomates de serre à longueur d’année plutôt que d’en importer sur 3 000 km depuis le Mexique. En France, on s’interroge sur la pertinence d’installer des...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This