Quand l’intelligence artificielle débarque dans nos champs

12 mars 2021 | Cultures, Environnement, Technologies

Léa Camicas, le 12 mars 2021

L’utilisation des pesticides ne date pas d’hier. Dès la Grèce antique, le soufre et l’arsenic étaient utilisés comme insecticides. Mais depuis les années 70, l’utilisation de ces derniers est en constante évolution, notamment au Québec. C’est pourquoi, depuis 2011, le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) a lancé la stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture.

Cette stratégie vise deux choses : la réduction des risques liés à l’utilisation des pesticides en milieu agricole sur la santé, et le développement de la lutte antiparasitaire intégrée dans nos champs. La lutte antiparasitaire intégrée est une approche plus respectueuse de l’environnement pour contrôler les espèces non désirées qui pourraient nuire à nos champs. Elle inclut donc une utilisation réduite et plus contrôlée des pesticides.

Cette approche est, certes, plus écologique, mais elle demande une étude du champ très poussée et une émission plus précise des pesticides. Or, le temps et la main d’œuvre peuvent s’avérer être des ressources rares pour nos agriculteurs. C’est pourquoi une entreprise suisse propose une solution technologique efficace et autonome pour pallier ce manque. En décembre 2020, l’entreprise Ecorobotix présente au monde ARA, un système intelligent de pulvérisation à haute précision.

Crédit photo: Ecorobotix

La technologie est basée sur la reconnaissance photographique des plantes présentes dans son viseur. Ainsi, des centaines de clichés sont pris par mètre carré, et permettent de faire un diagnostic des plantes et des adventices présentes. Une fois l’analyse faite, ARA pulvérise une micro dose de pesticide de manière ciblée (au centimètre près), réduisant ainsi de 95% la quantité de produit utilisée.  Cette intelligence artificielle nécessite encore des améliorations car nombre de facteurs entrent en jeu lors de l’identification d’une plante: stade de croissance, diversité des plantes, biodiversité, etc.

À vrai dire, ARA est née d’un projet encore plus grand: AVO, une version plus précise et plus développée du fameux robot. N’étant pas encore totalement au point, Ecorobotix ne peut pour l’instant commercialiser que ARA, un intermédiaire pour faire patienter les agriculteurs. Un projet prometteur à surveiller de près, puisqu’il pourrait bien participer à l’atteinte des objectifs du MAPAQ d’ici 2025.

Sources :

MAPAQ

Ecorobotix

Vous aimeriez aussi..
Allo la Terre!

Allo la Terre!

« Un peu plus haut, un peu plus loin… »  Oubliez Ginette Renaud ! Ici, on parle satellite. Maintenant que Persévérance s’active à analyser le sol martien, il était plus que temps que l’on utilise les engins spatiaux pour évaluer la qualité et la santé des sols,...

La quadrature du bidon de lait

La quadrature du bidon de lait

Ouais ! Il semble qu’il soit plus facile de séparer la crème du lait que de résoudre la controverse entourant le palmite qui entre dans l’alimentation des vaches laitières. Le moins que l’on puisse dire, c’est que depuis l’explosion du Buttergate, on entend tout et...

Le lait bas méthane

Le lait bas méthane

Pour combattre le réchauffement climatique, toutes les industries se doivent de faire leur part pour limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. Les vaches laitières produisant naturellement du méthane, des chercheurs se sont  penchés sur l’effet d’un...

Dernières publications

Loading
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

Prochain événement

Si t’es dans le champs côté élevage, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrits!

Pin It on Pinterest

Share This