Les tomates atomiques

31 août 2020 | Cultures, Environnement, Sciences, Technologies

Les scientifiques observent que l’Arctique a connu, en 2019, sa deuxième année la plus chaude depuis 1900 et que les six dernières années ont battu tous les records de chaleur précédents.

Et comme le rendement des tomates peut baisser jusqu’à 80% lorsque la température dépasse 30 degrés, des chercheurs ont eu l’idée de recourir à la technologie nucléaire pour en développer des variétés capables de résister aux hausses de température. Rassurez-vous. La recette n’inclut pas d’uranium 235 ou de plutonium 239.

En partenariat avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a aidé le National Research Institute de l’Île Maurice à développer de nouvelles variétés de tomates par irradiation. Ainsi, des graines d’une variété de tomate de l’Île Maurice (au large de la côte orientale de l’Afrique) ont été irradiées dans un laboratoire de sélection végétale et de génétique en Autriche.

Cette sélection par mutation consiste à exposer des graines ou des boutures de plantes à des radiations, telles que des rayons gamma. Les plantules qui en résultent sont ensuite multipliées. Les chercheurs repèrent celles dont les nouvelles caractéristiques leur permettent de résister à une forte chaleur tout en offrant de meilleurs rendements.

Ce processus a permis de développer trois nouvelles variétés qui sont aujourd’hui cultivées sur l’île et qui ont contribué à protéger une industrie évaluée à 14 millions de dollars US.

Source : American Nuclear Society

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This