Des cacas presque écolos

1 décembre 2020 | Alimentation, Avicole, Élevage, Environnement, Porcin, Sciences, Technologies

Malgré le fait que le secteur de l’élevage contribue de façon non négligeable aux problèmes environnementaux locaux et mondiaux, la FAO estime que l’augmentation de la population mondiale combinée à l’augmentation des revenus doublera la demande de produits d’origine animale d’ici 2050. Dans le but de diminuer l’impact environnemental de ces productions, les chercheurs du projet européen Feed-a-Gene se penchent sur l’alimentation de précision pour les porcs et la volaille.

L’étude menée par l’Université Wageningen Livestock Research (Pays-Bas) en collaboration avec 22 partenaires internationaux vise à trouver des façons de doser les éléments nutritifs dans l’alimentation porcine pour qu’ils correspondent aux besoins réels des animaux, ce qui réduirait de beaucoup la charge polluante de leurs déjections. Les études actuelles montrent qu’en Europe, contrairement aux ruminants, ces animaux monogastriques sont responsables de 13% de l’excrétion de nitrate et de 18% de phosphate dans l’eau.

Le projet devrait permettre de développer des aliments nouveaux et alternatifs et des technologies d’alimentation animale pour mieux utiliser les ressources alimentaires locales, la biomasse verte et les sous-produits de l’industrie alimentaire et des biocarburants. On cherchera également à identifier des animaux plus adaptés aux changements des conditions alimentaires et à trouver des méthodes permettant d’évaluer en temps réel la valeur nutritionnelle des aliments.

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This