Tâter, c’est bien, mais…

16 mars 2016 | Bovin, Élevage, Technologies

Encore aujourd’hui, il n’y a pas 36 façons pour un éleveur de s’assurer qu’une vache laitière est au meilleur de sa forme, tant pour la reproduction que pour la lactation. Il doit palper l’animal et s’en remettre à son œil aguerri. Bref, il procède littéralement à tâtons. Pour la précision, on repassera !

En France, depuis quelques années, l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) travaille sur une méthode d’estimation de l’état corporel de la vache qui utilise la technologie de l’imagerie 3D. Dès que l’animal traverse un portail, un capteur prend une image tridimensionnelle du bassin, la zone la plus utilisée pour réaliser cette évaluation de l’excédent ou du déficit énergétique de la vache. L’examen permet également de quantifier la proportion de masse graisseuse.

Cette évaluation numérique est faite chaque fois qu’elle traverse le portail et non seulement de façon occasionnelle, de telle sorte que l’on peut suivre l’évolution

de l’état de l’animal à n’importe quel stade de sa lactation. Grâce à cette technologie de pointe, il est possible d’ajuster la ration de la vache laitière

tout au long de la lactation.

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
La température en 3D

La température en 3D

Gabriel Fahrenheit, le physicien allemand qui a mis au point le thermomètre à mercure, serait certainement déçu de voir son invention remisée aux oubliettes. Mais il capoterait devant ces caméras industrielles 2D et 3D qui, jumelées à des algorithmes rompus...

Au meuuuuunu, ce midi…

Au meuuuuunu, ce midi…

On le sait depuis longtemps, en matière de fibres alimentaires, l'herbe et le fourrage constituent le nec plus ultra pour la bonne santé du bétail. À cela, bien sûr, on rajoutera graminées et autres plantes. Ce n’est pas le choix qui manque. Maïs, blé tendre, orge,...

La guerre au périssable

La guerre au périssable

Pour ne pas manger ses bas, il ne suffit pas à un producteur de grain de bien ensemencer ses champs, de jouir d’une météo idéale durant toute la période de croissance et de procéder à la récolte dans de bonnes conditions. L’entreposage de ses céréales est absolument...

Dernières publications

Loading
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

Prochain événement

Si t’es dans le champs côté élevage, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrits!

Pin It on Pinterest

Share This