Détection de masse

31 août 2020 | Bovin, Élevage, Santé, Sciences

Elle a beau affecter aussi bien les éléphants que les hérissons, les producteurs de lait se préoccupent bien davantage des effets de la fièvre aphteuse (FMDV ) sur leurs troupeaux.

Même si les éleveurs québécois ne possèdent, en moyenne, que 64 vaches laitières, on imagine le temps qu’il faudrait passer à tester chacune de leurs bêtes. Une étude de cas réalisée à l’Institut Pirbright (Angleterre) confirme que le lait obtenu à partir d’échantillons groupés peut être utilisé pour détecter la présence du virus.

Le but de l’étude visait à évaluer les aspects pratiques de l’utilisation d’une telle méthode d’échantillonnage sur le terrain. En testant 732 échantillons de lait groupés provenant d’une ferme laitière de 4000 vaches en Arabie saoudite, les scientifiques ont pu démontrer que des souches spécifiques de FMDV pouvaient être détectées lors d’une épidémie.

Bien que cette méthode ne permette pas d’identifier individuellement les animaux infectés, elle fournit un moyen pratique et peu coûteux de détecter la présence du virus pour aider à retracer la source et la propagation de l’infection même si le troupeau ne démontrait aucun signe clinique de la maladie.

Moins invasif pour les animaux, le procédé peut s’ajouter aux stratégies de surveillance conventionnelles.

Source: Frontiers in Veterinary Science

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This