Quel guts !

14 novembre 2018 | Porcin, Santé, Sciences

Un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques nous apprend qu’au sein des 34 pays membres de l’OCDE, 17% des infections bactériennes étaient résistantes aux antibiotiques.  Pour éviter l’hécatombe, il faudrait limiter la surconsommation des antibiotiques. En parvenant à produire une portée de porcelets génétiquement résistants au virus de la gastro-entérite transmissible (TGEv), des chercheurs américains pourraient contribuer à cette diminution de prise d’antibiotiques.

La gastro-entérite transmissible (TGE) est une maladie infectieuse causée par un coronavirus porcin qui peut tuer 100% des porcelets âgés de moins de deux semaines. Elle se caractérise par des vomissements, une diarrhée sévère et un taux de mortalité élevé.

S’appuyant sur une étude antérieure qui avait identifié une enzyme permettant au virus de se disséminer chez les porcs, l’équipe, composée de chercheurs de l’Université du Missouri (MU), de l’Université d’État du Kansas et de la société d’élevage Genus, s’est appliquée à modifier l’expression d’un gène de sorte qu’il ne produise plus cette enzyme qui permet la propagation du virus mortel. Même exposés au virus, sept porcelets porteurs de ce gène modifié n’ont pas été infectés.

Non seulement cette modification génétique permettrait-elle d’améliorer le bien-être animal, mais elle soulagerait les éleveurs de pertes financières importantes.

Source: University of Missouri

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Les larves à pattes

Les larves à pattes

Croyez-le ou non, des chercheurs ont eu l’idée saugrenue de recourir à des larves (dépourvues de pattes !) pour voir si cela pouvait réduire les problèmes de boiterie des poulets de chair. Le plus étonnant, c’est que ça a marché. Quand on sait que les complications...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This