Nicolas Paquin et David Dupaul-Chicoine

1 mai 2022 | Personnalité du mois

Pêcheurs en basse terre

Au Marché central, à deux encablures du cinéma Guzzo qui tient lieu de phare, deux jeunes marins d’eau douce ont doublé le cap de Best Buy et longé le Canadian Tire avant de jeter l’ancre devant les Fermes Lufas. C’est dans le sous-sol d’un édifice industriel de la rue Legendre que Nicolas Paquin et David Dupaul-Chicoine ont touché terre et choisi d’y implanter Opercule, la toute première entreprise de pisciculture commerciale urbaine au Québec.

Au gré de leur développement, 60 000 œufs d’omble chevalier se sont mis à trembloter, puis à frétiller avant de se tortiller et de nager en bancs serrés dans neuf piscines hors terre qui, mises ensemble, équivalent à un terrain de badminton immergé dans deux mètres d’eau.

Riches en oméga-3, en phosphore, en vitamines D et A, en magnésium, en cuivre et en zinc, ces salmonidés indigènes du Québec que l’on surnomme aussi truites rouges peuvent mesurer entre 35 et 45 cm et peser entre 0,5 et 4,5 kg. De superbes belles pièces qui feront l’envie de bien des restaurateurs locaux à partir de Noël prochain.

Au départ, Nicolas ne se destinait pas du tout à la pêcherie en milieu urbain. Ingénieur mécanique, il travaillait à la construction du CHUM lorsqu’il s’est posé la question fatidique : si je devais mourir demain, est-ce que je serais satisfait de ce que j’ai fait de ma vie ? Dans son exploration des possibilités offertes par tous les collèges, il a commencé par la lettre A et il est tombé sur Aquaculture. Il n’a pas eu besoin d’aller plus avant dans l’alphabet pour trouver satisfaction. Pour sa part, David qui avait étudié la musique manifestait déjà un faible pour la culture hydroponique, mais l’élevage de poissons le titillait. Les deux gars se sont donc rencontrés à l’École des pêches et de l’aquaculture du Québec de Grande-Rivière, à 30 km de Percé.

Après avoir pensé lancer leurs filets en Gaspésie, ils se sont aperçus que plusieurs des problèmes auxquels ils seraient confrontés se trouveraient résolus s’ils s’établissaient dans la métropole. À Montréal, pas de problème d’accessibilité au marché, pas de surplus de phosphore et l’accès à l’eau propre et aux égouts constituaient de gros avantages.

« Nous avons lancé notre projet pilote en 2018 dans un garage simple. Nous nous sommes rendu compte que l’eau de la ville était bonne pour les poissons, qu’il y avait peu de mortalité. On a commencé avec des poissons plus gros pour nous assurer que le système fonctionnait bien. Puis on a pris des poissons plus petits (20 g), puis on a acheté des œufs au Yukon, à Shippagan (NB), puis dans le coin du Massif du Sud pour s’assurer que tout baignait du début à la fin. Ça nous donnait 750 kg de poisson par an. Ça prend un an avant qu’ils deviennent commercialisables. Dans la pisciculture actuelle, les œufs ont éclos en décembre 2021 et vont commencer à être commercialisables à 400 grammes, vers décembre 2022. Ils atteindront 1 kg à l’été 2023 et 2 kg en décembre 2023. »

Les deux artisans pêcheurs de 39 et 32 ans ont souhaité développer leur système de production avec l’objectif de réduire au minimum l’empreinte environnementale. Ils sont les tout premiers au Québec à avoir adopté un système de recirculation qui permet de récupérer 99,5 % de l’eau. Alors qu’une pisciculture traditionnelle a besoin de plusieurs milliers de litres d’eau par minute, Opercule, elle, n’utilise que 14 litres par minute. Pour ne rien gâcher, les boues sont également récoltées pour produire du compost.

Exempte de pathogènes et de maladies, l’eau de la ville élimine le recours aux médicaments, mais les besoins des poissons ne permettent pas de faire l’économie de toute une panoplie de dispositifs essentiels. Il faut des filtres biologiques pour enlever l’ammoniac, des filtres mécaniques pour les particules en suspension, des filtres UV contre les pathogènes, un générateur d’ozone pour détruire les algues, des thermopompes pour maintenir la température à 13 C. De plus, ces poissons du Grand Nord habitués au soleil de minuit ont besoin de lumière et de nourriture 24 h sur 24 à certaines périodes de l’année. Heureusement, l’automatisation facilite le contrôle de la ferme.

En fin de compte, Nicolas et David ambitionnent pouvoir vendre quelque 30 tonnes de ces poissons à grande bouche qu’ils distribueront aux restaurateurs par véhicules électriques. Et comme le Québec importe 95 % des poissons mangés ici, les cofondateurs d’Opercule entendent bien pouvoir ouvrir une deuxième pisciculture encore plus grosse dans la métropole. Parions que ça va gigoter en ville !

Découvrez aussi..
Stéphane Godbout

Stéphane Godbout

L’harnacheur d’effluves Certains pourraient se poser la question. Stéphane Godbout a-t-il, oui ou non, été influencé par la chanson Tout écartillé ? Souvenez-vous. Le hit de Robert Charlebois raconte la folle aventure d’un gars qui étudie le béton précontraint à Paris...

Anne Blondlot

Anne Blondlot

S’adapter coûte que coûte Sur terre, comme dans l’univers, tout change. Malheureusement, depuis la révolution industrielle, l’activité humaine a contribué au réchauffement planétaire à une puissance 50 fois plus grande que tous les volcans, les courants...

Aisha Issa

Aisha Issa

L'amour du terroir On dit que l’être humain est influencé par les conditions dans lesquelles il arrive au monde. C’est indéniable, mais certains impressionnent par leur détermination à défier leur destin originel. Aisha Issa en est l’incarnation vivante. Née au Niger,...

Ana-Maria Martin

Ana-Maria Martin

Faire plus avec moins, olé! À quelques encablures de la baie McGillivray sur la rivière Richelieu, de longues parcelles de maïs ceinturent une grande maison à pignons rouges, quatre silos à grain et une série de bâtiments de ferme. Dans la cour, une piscine hors terre...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This