Francis Rousseau

1 février 2021 | Personnalité du mois

Le geek qui veille au grain

Depuis qu’il est tout jeune, Francis Rousseau se triture les méninges pour découvrir ce qui se cache dans le ventre des gadgets technologiques. Il prend un plaisir fou à repousser les limites des frontières de l’informatique et s’applique à harnacher les sciences de l’avenir aux besoins actuels des entreprises. Après avoir rêvé de conquêtes spatiales, le gars originaire de Mont-Laurier a atterri en rase campagne. Il a été recruté par la firme Agrilog qui lui a demandé de développer le Silog, un silo intelligent qui gère de façon optimale et autonome la ventilation des précieux grains.

C’est un orienteur du Cégep du Vieux Montréal qui a permis à Francis de trouver son chemin de Damas : la maintenance industrielle. Mais attention ! Il ne s’agit pas d’un simple job de mécanicien qui répare les systèmes lorsqu’ils plantent. Il faut savoir jongler avec les aspects préventifs, connaître les interactions entre les différents systèmes, l’état de marche des appareils et prévoir quand, dans les heures, semaines ou mois qui viennent, il faudra remplacer telle ou telle pièce en tenant compte des coûts et de la logistique d’arrêt de production pendant la maintenance. Toute une équation à multiples inconnues !

Pour atteindre la quatrième dimension de la révolution industrielle, Francis Rousseau aura d’abord fait le plein d’un bac en génie de la production à l’ÉTS, réalisé plusieurs stages chez Tesla, l’iconique constructeur de voitures électriques de Palo Alto, et complété une maîtrise concentrée sur la technologie de l’Internet des objets et l’industrie 4.0. Fort de tout ce carburant de connaissances, Francis a tous les outils pour orienter une entreprise vers la gestion des données. De façon simpliste, il s’agit de récolter l’ensemble des données, d’étudier toutes leurs interactions pour ensuite prendre des décisions en temps réel par le truchement des systèmes informatiques. Bref, on est loin des cultivateurs qui se mouillaient l’index pour voir la direction du vent.

« On n’évalue pas tous les niveaux de risque que comporte l’agriculture. Pour augmenter ses revenus, le producteur doit s’assurer qu’après tous les efforts de l’ensemencement, de la culture et de la récolte, la qualité de son grain soit maintenue jusqu’à ce qu’il le vende. L’aspect logistique de l’entreposage du grain m’intéresse beaucoup. J’ai compris qu’il y avait un grand potentiel dans l’agriculture pour faire de l’automatisation et de l’optimisation de système. Je souhaitais combiner l’optimisation du système, la connectivité avec les objets connectés, l’Internet des objets et l’industrie 4.0. C’est fait ! » 

Beaucoup d’entreprises agricoles ont du retard. Pendant l’entreposage de leur grain, des producteurs se limitent encore à laisser rouler la ventilation pendant un nombre d’heures ou de semaines sans contrôler les aléas de la météo. S’ils ventilent en période de pluie, cela ajoute de l’humidité au grain. S’ils le font alors qu’il fait trop chaud, le grain sèche et perd de sa qualité. 

Avec Silog, le système analyse et gère de façon autonome les conditions météorologiques et le prend le contrôle du silo selon les recommandations du producteur. Un producteur qui peut être n’importe où sur la planète pour activer la ventilation s’il le désire avant de se remettre à chanter « Meunier, tu dors », sans craindre que son moulin n’aille trop vite ni trop fort. En plus de déterminer la performance du ventilateur, les capteurs de CO2 à l’intérieur des silos sont même capables de détecter la présence d’insectes qui se paient un snack sur le bras de l’agriculteur. 

À 27 ans, Francis trouve encore le temps de s’amuser. À la maison, il continue de manger du 4.0 et il soutient toujours le club étudiant de l’ÉTS en les aidant à développer leurs propres moteurs de… fusée ! On comprend dès lors qu’il ira haut et loin dans la vie.

Découvrez aussi..
Julie Bissonnette

Julie Bissonnette

La relève de l'Avenir En un siècle, la superficie moyenne des fermes canadiennes a été multipliée par trois*. De son côté, au fil des 75 dernières années, le nombre de fermes au Québec a connu une baisse d’environ 90 %. Et comme en 2020, le prix des terres...

Jacques Nault

Jacques Nault

Le fossoyeur de CO2 La dernière fois que vous avez vu un de vos chums, il mesurait 6 pieds 3 et pesait 250 livres. Vous le croisez quelques années plus tard, maigre comme un clou. « Wouppelai !, pensez-vous, il a vraiment besoin de se remplumer ! » Au...

France Demers

France Demers

Un puits d’énergie Si elle avait vu le jour en Inde, on l’aurait appelée Kâlî ou Durga, ces déesses aux multiples bras, protectrices de l’univers. Mais voilà, France Demers est née à Stanstead et on pourrait la surnommer la déesse du chemin Ayer’s Cliff. Il y a...

Marilou Cyr

Marilou Cyr

L’inspiration durable En juillet 2014, la ville de L’Assomption a été l’épicentre d’un tremblement de terre dévastateur. La fermeture d’Electrolux, l’usine suédoise de fabrication d’électroménagers, anéantissait près de 1 300 emplois dans cette agglomération de...

Dernières publications

Loading
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

Prochain événement

Si t’es dans le champs côté élevage, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrits!

Pin It on Pinterest

Share This