Enterrer notre trésor

1 décembre 2020 | Cultures, Environnement, Sciences

Année après année, la banquise s’amenuise. Les ouragans augmentent d’intensité. La désertification s’accroit. Les terres agricoles s’épuisent. Tout ça, en bonne partie en raison des énormes quantités de gaz carbonique résultant de l’activité humaine. Pour combattre l’effet de serre et l’accélération du changement climatique, les sols agricoles sont appelés en renfort. En augmentant de 0,4 % par an la captation de CO2 dans les 35 premiers cm du sol, on pourrait stopper son augmentation dans l’atmosphère.

Grâce à la photosynthèse, les plantes récupèrent chaque année 30 % de ce gaz carbonique. Lorsqu’elles meurent et se décomposent, les organismes vivants du sol les transforment en matière organique. Cette matière riche en carbone est essentielle à l’alimentation des hommes, car elle retient l’eau, l’azote, et le phosphore, indispensables à la croissance des plantes.

Pour y parvenir, les scientifiques impliqués dans L’initiative internationale « 4 pour 1000 » lancée par la France en décembre 2015 lors de la COP 21 soutiennent qu’il suffirait de ne plus laisser les sols à nu, de moins labourer les terres, de les engraisser avec du fumier et du compost, de restaurer les cultures, les pâturages, les forêts dégradés et de planter des arbres et des légumineuses qui fixent l’azote de l’atmosphère dans le sol. L’accumulation de carbone dans les sols se poursuivrait 20 à 30 ans après la mise en place des bonnes pratiques si celles-ci sont maintenues.

Pour restaurer ainsi les sols agricoles et assurer la sécurité alimentaire, il parait que cela ne coûterait que quelques dizaines de dollars par hectare. Qu’en dites-vous ? On se crache dans les mains ?

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This