Le tourneblé

1 octobre 2019 | Cultures, Environnement, Sciences

À l’échelle mondiale, l’utilisation de l’eau a augmenté plus de deux fois plus vite

que la population au cours du dernier siècle. En plus d’être gaspillée et polluée, cette ressource est désormais mise en péril en raison du changement climatique.

Conscients du stress hydrique qui gagne plusieurs régions du monde, des chercheurs en génie biotechnologique mettent au point un blé transgénique qui, en plus de résister à la sécheresse, s’avère plus performant.

C’est en transférant un gène de tournesol bien particulier dans le génome de

plants de blé que les chercheurs du National Center for Biotechnology

Information (Maryland) sont parvenus à un résultat surprenant. Une de ces lignées de blé transgénique portant une version mutée

du gène HaHB4 du tournesol a permis de constater une augmentation de

production de l’ordre de 6 %. Les scientifiques ont réalisé que les nouveaux

plants comptaient 8 % de plus de grains par mètre carré. De plus, son efficacité

d’utilisation de l’eau s’est accrue de 9,4 %. Le stress hydrique aurait même

stimulé la production de la plante. Ce bénéfice serait de 16 % par rapport à une

plante qui n’est pas soumise à la sécheresse.

Comme le blé fournit 20 % des calories de l’alimentation humaine, des avancées comme celle-ci sont d’autant plus précieuses en matière de sécurité alimentaire que la population mondiale devrait atteindre 10 milliards de personnes et qu’il faudra doubler la production du blé d’ici 2050.

Source : NCBI

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This