Pas de fumier sans bœufs

14 juin 2016 | Cultures, Environnement

Si tous les hommes naissent égaux, il semble qu’on ne puisse pas en dire autant des fumiers. Selon la provenance des excréments d’animaux, l’amendement des sols sera plus ou moins efficace, car c’est principalement la matière organique solide injectée dans le sol qui est la clé de la fertilité. On aura beau appliquer une quantité identique de fumier sur une terre, la qualité de la production de matières organiques variera considérablement selon que le fumier utilisé est liquide ou solide.

Les fumiers solides renferment une grande quantité de lignine ou de matières non digérées. Ils vont lentement se transformer en charbon actif, un élément absolument essentiel pour obtenir un sol en santé. C’est là que l’on retrouve les meilleurs éléments nutritifs et les substances organiques qui agissent comme une colle permettant la création d’agrégats du sol stables. Non seulement sont-ils plus résistants à l’érosion que les fumiers liquides, mais ils favorisent l’aération et l’infiltration de l’eau dans le sol, en plus de contribuer à la multiplication des micro-organismes et des mycorhizes.

Les fermes qui utilisent les fumiers liquides qui sont pauvres en matière organique peuvent toutefois compenser cette carence en utilisant d’autres techniques agricoles telles que les cultures de couverture ou en éliminant le labourage et en recourant à des fumiers semi-solides.

Pour plus d’informations sur les trois types de matières organiques différentes

la matière organique du sol, cliquer ICI.

Pour avoir accès directement et gratuitement à la copie numérique du livre Building Soils for Better Crops (310 pages) sur la gestion durable des sols,

cliquer ICI.

Source:  Michigan State University Extension

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Le Messie, version microbe

Le Messie, version microbe

À elles seules, les activités agricoles sont responsables d’environ 30 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Pour réduire considérablement les niveaux de GES, une société australienne inocule les cultures avec des champignons microbiens. Ceux-ci...

La guerre aux champignons

La guerre aux champignons

 « À quelque chose malheur est bon ». Ce proverbe du 17e siècle conserve toute sa pertinence en ces temps de COVID. En raison de la fermeture de ses frontières, l’Australie a vécu une pénurie de main-d’œuvre étrangère dans le domaine...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This