Le diktat de l’intestin

15 août 2016 | Élevage, Sciences

Préoccupés par la santé humaine et l’émergence de bactéries résistantes à plusieurs types d’antibiotiques, plus de 30 pays interdisent déjà l’utilisation des antibiotiques comme facteur de croissance des animaux d’élevage. Pour trouver des solutions de remplacement, des scientifiques se concentrent sur l’incroyable activité des micro-organismes intestinaux (microbiome) des bêtes. Grâce au génie génétique, de nouvelles stratégies de nutrition prometteuses se profilent à l’horizon.

Les chercheurs savent aujourd’hui que la croissance des animaux d’élevage est directement liée à la santé microbienne de l’intestin. Aussi, pour comprendre et agir sur les mécanismes de fonctionnement du microbiome, ils utilisent la génomique (étude des gènes portés par les chromosomes), la transcriptomique (étude de l’ensemble des acides ribonucléiques messager, la protéomique (études des protéines) et la métabolomique (étude des composés organiques directement impliqués dans la croissance, le développement et la reproduction normale d’un organisme ou d’une cellule).

Grâce à cet arsenal ultra sophistiqué et non invasif, les chercheurs sont persuadés de pouvoir proposer des alternatives efficaces à l’administration d’antibiotiques. Selon Biomin, un chef de file en matière de nutrition et de santé animale, l’utilisation de nouvelles techniques pour favoriser la croissance devrait plus que doubler d’ici 2030.

Du 12 au 15 octobre prochain, trois éminents scientifiques spécialisés en santé intestinale des animaux d’élevage partageront leurs connaissances dans le cadre du World Nutrition Forum qui se tiendra à Vancouver.

Source: Biomin

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

La chair sans âme

La chair sans âme

Selon certains chercheurs, délaisser la viande de boucherie pour un substitut à base de plantes pourrait menacer plus d’un million d’emplois dans l’industrie. Mais il y a plus. S’il est vrai que les cellules souches d’une seule vache pourraient remplacer les...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This