Réaction en chaîne, du rumen au pis

18 avril 2022 | Alimentation, Bovin, Élevage, La rubrique de Pierre, Santé

Claude « piton » Ruel, ex-entraîneur du Canadien l’avait bien dit : « Il n’y en aura pas de facile ! ». Sa célèbre expression ne vaut pas que pour la dynamique complexe entre la rondelle et le filet. Une chercheuse française qui se spécialise dans le développement de levures et de bactéries pour la nutrition animale démontre que tout ce qui se passe dans le rumen se répercute jusqu’aux glandes mammaires, en passant par le métabolisme, la réponse immunitaire et les fonctions gastro-intestinale et hépatique. Et ça brasse !

L’importance de la bonne santé ruminale des vaches

La branche toulonnaise de la société canadienne Lallemand s’efforce d’optimiser la fonction digestive afin d’assurer une meilleure santé du pis des ruminants. La docteure Frédérique Chaucheyras-Durand explique que les vaches hébergent toute une gamme des microbiomes spécifiques et délicats qui, en fonction de l’alimentation, déclenchent une cascade d’évènements en chaîne. Par exemple, les régimes riches en amidon ou en sucre modifient la composition et la diversité microbienne de la panse. Cette altération entraîne, à son tour, une diminution du pH du rumen, ce qui inhibe les microbes qui dégradent les fibres. À long terme, cela peut permettre le développement de l’acidose ruminale subaiguë (SARA) et avoir un effet négatif sur la consommation d’aliments, le métabolisme microbien et l’efficacité alimentaire.

Cette acidose provoque la libération de grosses molécules (LPS) qui déclenchent l’inflammation des parois du rumen. Cette irritation peut entraîner la mort bactérienne et accroître le taux de renouvellement des bactéries qui favorise une forte augmentation du LPS dans le rumen. Comme si on avait besoin de ça, SARA peut favoriser la formation d’autres composés irritants tels que l’histamine. Ces molécules indésirables peuvent facilement se retrouver dans la circulation sanguine. Elles déclenchent alors une inflammation systémique qui exige une plus grande demande énergétique et détournent les nutriments essentiels à la synthèse des composants du lait. Y a-t-il une nutritionniste dans la salle ?

Source : Dairy Global

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Dépollution porcine

Dépollution porcine

Premier producteur de pétrole en Europe, la Norvège, s’est servie de son or noir pour se constituer un fonds souverain national de 1 650 milliards de dollars, le plus important de la planète. Cela n’empêche pas le pays de vouloir s’écarter graduellement des énergies...

Les alchimistes bio

Les alchimistes bio

Qu’elles ruminent en Californie ou au Québec, les vaches des deux états donnent , en moyenne, plus de 9 300 litres de lait par année. Une mine d’or blanc qui génère tout de même d’importantes quantités de méthane, ce gaz à effet de serre destructeur. Pour transformer...

Orgie azotée

Orgie azotée

Depuis le temps qu’on nous le dit, on le sait. Les engrais azotés, ça pollue ! Croissance des algues, diminution de l’oxygène dans l’eau, destruction de la biodiversité et pollution de l’eau potable. Dans le sillage de la guerre en Ukraine, le coût des fertilisants a...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This