Faire 2 fois mouche !

7 avril 2017 | Bien-être animal, Bovin, Élevage

Aux États-Unis, chaque année, les mouches de cornes infligeraient à l’industrie bovine des pertes de près d’un milliard de dollars. Si les étiquettes d’oreilles imprégnées d’insecticide contribuent à soulager le bétail (et les éleveurs !), une étude de l’Université d’État du Kansas vient de démontrer qu’en les couplant avec des implants de croissance, les gains de productivité sont spectaculaires.

En réduisant les populations de mouches, les étiquettes auriculaires permettent aux bovins de paître sans stress et en perdant moins d’énergie. Les chercheurs ont constaté qu’avec l’utilisation d’une étiquette, l’animal peut gagner 4,1 kg. En en plaçant une sur chaque oreille, les bovins prennent près de 5,5 kg.

Par ailleurs, lorsque les deux traitements sont administrés séparément pendant 90 jours, la prise de poids peut atteindre entre 6,8 et 7,25 kg. Ça commence à drôlement peser dans la balance. Mais il y a mieux! Quand les éleveurs utilisent ensemble les étiquettes et un implant de croissance, les vaches prennent entre 13,6 et 18,1 kg.

Auparavant, on ne soupçonnait pas que l’implant de croissance injectable appelé Long Range permettait servir de repoussoir de mouches, mais munis d’un appareil photo numérique et d’un logiciel de comptage de mouches, les scientifiques se sont rendus à l’évidence. Le «combo» pourrait permettre d’encaisser une valeur ajoutée d’environ 25$ de belle viande maigre par animal.

Voici une preuve qu’avec ceinture et bretelle, la croissance bovine ne risque pas de tomber.

Source: K-State

Pierre

Pierre

Journaliste principal

Père fondateur d’Élevage et Cultures, Pierre a donné à la revue sa touche d’humour qui nous plaît tant. Vous pouvez retrouver tous ses articles traitant des actualités technologiques et scientifiques agricoles dans la Rubrique de Pierre.

Vous aimeriez aussi..
Les vaches autorefroidissantes

Les vaches autorefroidissantes

Quand j’allais à l’école, on nous apprenait que la température baissait de 1 °C chaque fois que l’on s’élevait de 100 m. Aujourd’hui, une étude tanzanienne nous révèle que la production de lait des vaches diminue de 0,5 litre pour chaque degré...

Au goulag, la mauvaise protéine!

Au goulag, la mauvaise protéine!

Encore heureux qu’au pays de Poutine, on puisse se vanter d’autre chose que de produire des missiles hypersoniques et d’avoir envie de jouer avec le bouton nucléaire. Un groupe de scientifiques russes de l’Université agraire d’État du Kouban (à bonne distance du pont...

L’avantage de singer les autres

L’avantage de singer les autres

Ah ! Si le monde était parfait, les vaches laitières auraient toujours une super morphologie du pis et des jambes solides qui les mènent tout droit au robot de traite. Elles s’y adapteraient vite, le visiteraient souvent et auraient un débit de lait élevé sans jamais...

Dernières publications

Loading
Visiter notre boutique
Suivez-nous

Facebook

Twitter

Instagram

Linkedin

Youtube

Contactez-nous
Kit média

Consultez notre Kit Média pour retrouver toutes les informations relatives à notre audience et nos offres de placement publicitaire.

PUBLICITÉ
Prochain événement
Soutenez le projet Élevage et Cultures en faisant un don

Si t'es dans l'champ, abonne-toi à notre infolettre!

Vous êtes bien inscrit(e)!

Pin It on Pinterest

Share This